Señor Karo – Autodidacte par nécessité

Le MC lillois expose ses projets et explique pourquoi 2009 est non seulement son année mais également l’année de la consécration pour le rap de la région Nord.

Señor Karo

Qui est Señor Karo?

J’ai commencé par le graff par le biais de Sleek, Seed ,Spage…. les anciens. J’ai posé mon blaze en 91, j’avais 12 piges. Après, je me suis mis à la danse, au breakdance, j’en ai fait pendant quelques années. A côté ça, je tâtais les petites sessions freestyle à droite à gauche avec DJ Biofa. Il en est sorti en 96 la 1ère mixtape de DJ Pavaul, j’ai enchainé avec MCA, DJ Biofa, Empire Crew… Après il y a eu mon crew Posse Eclectik, La Filature… Delà, j’ai lâché le break parce que je me suis mis plus à fond dans la musique. Ensuite j’ai rencontré Shiva à radio Campus, on a bien accroché, bon feeling alors on a commencé à tafer ensemble. On a fait pas mal de concerts et de premières parties ensemble tout en respectant nos projets solos et de fil en aiguille, on a fait pas mal de mixtapes sans jamais rien sortir à nos blazes. Et puis, on a sorti « Le 8ème Péché » en 2001, « 59 Inédit », « Street Squed Vol.1 »… Et maintenant, on a préparé un album ensemble qui s’appelle Intemporel, qui est prêt et qui attend d’être sorti.

Qu’est ce que tu kiffes dans le rap? Qu’est ce qui t’attires dans le hip hop en général?

C’est le message même si ça s’est perdu depuis quelques années. Je kiffe les gars qui ont des choses à dire, qui ne sont pas là pour faire du strass et paillettes, qui ne sont pas là pour revendiquer la plus grosse montre ou la plus grosse caisse… Des gars qui ont des messages à faire passer, une bonne vibe, bonne ambiance, un truc bien sombre : c’est ça qui fait que je kiffe un MC!

 

« Autodidacte par nécessité, indépendant par choix »… Quelle différence entre Señor Karo en solo et Señor Karo en duo avec Shiva? Est-ce le même univers?

Non pas du tout. Je suis plus issu du freestyle, le côté lyrics punchline, égotrip et Shiva m’a fait découvrir le côté lyrics conscients, aborder des thèmes plus personnels. Quand on est ensemble, qu’on pose tous les deux, on se rejoint et on est un peu comme le Ying et le Yang. On crée une atmosphère à nous deux.

 

Quelles sont tes références musicales aujourd’hui et quelles étaient tes premières références si elles ont changé?

Je suis toujours resté attaché au début, vibe KRS One, Talib Kweli, Mobb Deep à leur première époque…Je suis très New York donc tout ce qui vient de NY et qui est bien underground!

 

A une époque, on arrivait à négocier des entrées pour les soirées que tu organisais… Cela ne te manque pas? Ou tu comptes t’y remettre?

En fait quand on faisait ça, on avait plus de place pour la musique. Quand tu organises des soirées, c’est vraiment un business et au bout d’un moment la musique tu dois la mettre un peu de côté et c’est le truc que je ne voulais pas faire. On a récupéré des fonds pour pouvoir sortir des mixtapes, c’est avec les soirées qu’on pouvait sortir tout ça. Mais voilà, quand tu es à fond dans les soirées, tu développes pas ton côté artistique donc on a un peu zappé ça mais bon c’est vrai que ça manque un peu. Je le fais encore avec DJ Pass, on tourne un peu partout, je fais son MC, je mixe un petit peu en warm up, histoire de se faire kiffer!

 

Est-ce que le son qui passe en soirée te parle encore? Et comment ça se fait qu’on en soit encore là alors que dans la région, le Hip Hop a atteint une certaine maturité?

En soirée, tu es là pour faire danser les gens, pour les faire kiffer même si tu mets des sons plus proches de la tendance, le mixe des titres à son importance tout comme la sélection des vinyls. Tu as tout de même des gars qui se démarquent, qui savent faire des bons sons de soirées comme Busta Rhymes mais bon ça c’est propre aux cain-ris. Dans le rap français, on a encore un peu de mal à développer ces sons de soirées sans que ce soit trop bling bling mais je pense que ça commence à venir tout doucement.

 

 

Dernièrement, tu as été qualifié au battle MC francophone… Qu’est ce que tu aimes dans ce genre d’exercice?

C’est le fait de jongler avec les mots, d’arriver en n’ayant rien préparé, tomber sur un gars et ce jour là, soit tu es chaud soit tu ne l’es pas… C’est l’instant, c’est de l’impro, c’est ce que je kiffe! Moi j’ai toujours été dans ce délire là. Quand on est au quartier, on est toujours en train de se vanner donc quelque part c’est un exercice qui se travaille chaque jour! Donc voilà, je kiffe, c’est un bon délire, une bonne vibe.

 

Comment interpréterais-tu cette phrase « Il est encore trop tôt pour crier victoire ou crier défaite, ce n’est pas avec le grand score des mythos que cette histoire s’est faite » et cette histoire c’est celle du hiphop?

Ça résume tout ce que j’ai dis avant. Tu as toujours des gars qui seront là pour entretenir le truc mais que ce ne sont pas ceux qui ont forcément la plus grosse rotation qui font automatiquement avancer les choses dans le bon sens. Donc on  ne peut pas crier victoire pour ça mais on ne peut pas crier défaite non plus parce qu’il y a toujours des gars qui sont là pour représenter le vrai.

 

Quelle est ton actualité en ce moment? Je sais que tu prépares « Street Squed Vol.2 », il y a un gros taf vidéos et cd, est-ce que tu peux nous en dire plus?

En gros, sur ce CD, j’ai réuni des artistes d’un peu partout. Il y a des gars de Paris, de Nantes, de Strasbourg, de Bretagne. Essentiellement des mcs de Lille comme Pépite, Pap, Paranoyan, Alcolova et j’ai laissé une place aussi pour les jeunes genre Bav’Art Production, Mastokal… parce que ce sont des petits qui montent en puissance.

A côté de ça, j’ai fais un travail DVD parce que c’est quelque chose qui ne s’est pas encore fait sur Lille donc voilà j’ai demandé des vidéos un peu à tout le monde. Le DVD est spécial Nord, c’est tous les clips du Nord. J’ai découvert du potentiel par le biais de toutes ces vidéos. Donc voilà, c’est « Street Squed Vol 2 » qui ne va pas tarder à arriver.

Ensuite, en deuxième chose, il y a l’album « Intemporel » avec Shiva qui ne sort pas pour le moment parce que c’est nous qui voulons faire les choses bien avant. Et tu as les compilations qui sont toujours dans les bacs comme « 59 inédit », téléchargeable gratuitement maintenant, « Street Squed Vol.1 » et mon projet solo qui est terminé… Et puis une petite signature qui se prépare mais je ne peux pas en dire plus pour le moment…mais ça s’annonce bien pour moi…

 

Quelle importance accordes-tu à l’image surtout à l’ère du visuel et d’internet? Vois-tu ça comme un outil de plus pour se développer artistiquement ou ça va plus loin?

Internet? Je n’utilise que MySpace. J’ai mon myspace avec quasiment 30000 visites alors que je suis inconnu. J’ai des bons commentaires, des bon retours. J’utilise un peu aussi Daily Motion parce que je mets mes vidéos dessus, je vois un peu ce qui s’y passe mais rien de plus, je ne suis pas un crack de l’informatique. Je bosse mes sons, j’écris mes textes et rien de plus.

 

Penses tu qu’Internet est un bon thermomètre?

Oui et non. Tu as des vidéos qui font du buzz alors que c’est n’importe quoi et à l’inverse, tu as des bonnes choses qui ne sont pas vues énormément. Internet c’est quitte ou double,il faut tomber au bon moment mais moi je ne calcule pas trop mais ça peut t aider à créer un certain buzz et ça c’est réel aussi …..

 

On peut te retrouver sur le net dans le clip Norside, un clip à grand budget…C’est quoi le concept en fait?

Norside, c’est un titre qu’Axiom a développé pour son album. Il a invité 12 autres MCs de la région pour faire un gros morceau qu’il a appelé Norside. Il a présenté le projet à Besson, il a accroché et produit. Biggs a réalisé  le clip, en 2 semaines il y a eu environ 50000 visites sur Daily Motion .

C’est un bon morceau de présentation pour la région même si tout le monde n’est pas représenté. La démarche est bonne, malheureusement il ne peut pas inviter tout le monde sinon le titre durerait 59 minutes et ton clip 3h.!! Mais bon, apparemment il est parti pour faire plusieurs Norside avec des personnes différentes donc à voir…

 

En ce moment, ça taffe un peu partout.. A ton avis, 2009 sera l’année pour que le rap régional ait sa place sur la carte rapologique?

Je me rappelle avoir posé, sur une mixtape d’Asfalte en 1999, le morceau « Serial mc killer » où je disais à la fin « 99 l’année du 59 ». Et là on est en 2009 et je redis la même chose et j’espère que cette année sera vraiment la notre. Mais je me dis tant mieux que le rap n’ait pas explosé dans la région avant parce que les gars n’étaient pas matures. Maintenant je ressens une certaine maturité chez les gars, ils ont leur univers, je trouve ça bien que cela arrive maintenant parce que chaque MC que je connais depuis un bail arrive à une certaine maturité. Après comme je le disais, ce n’est pas les mecs qu’on a le plus entendu dans la région qui ont forcément bien défendu la région. Mais je ne suis pas là pour cracher sur les gens, tout le monde a fait son taf comme il pouvait. Je respecte le travail de chacun mais des gens ont eu des jugements trop hatifs sur des personnes qui sont sorties comme ça du jour au lendemain.

Le rap c’est un travail, ce n’est pas un sprint c’est une course de fond. Et là, on arrive au bout de la course et les MCs qui se sont épuisés sont derrière et ceux qui travaillaient depuis un bout de temps vont être récompensés parce que tout travail mérite salaire et toute peine arrive son terme un jour.

Donc voilà je pense qu’on arrive tous à maturité et que chaque projet peut bien se passer…

 

Le mot de la fin?

Je vais la faire courte mais bien…2009, l’année du 5.9!!peace…….

 

http://www.myspace.com/senorkaro

http://www.myspace.com/shivasenorkaro

http://www.myspace.com/senorkarograffitis