Dooley-O : « J’aime le HipHop des années 90 »

Dooley-O est un MC, mais aussi DJ, graffeur. Bref, un artiste HipHop. Originaire de New Haven dans le connecticut aux USA, il a fait ses premiers pas au tout début des années 1990. Il a sorti, il y a quelques mois un nouvel album, « O.G. Status ». Il nous en parle (et de bien d’autres choses) dans cette interview.

Tu as grandi avec le Hip Hop. Qu’est-ce qui a fait qu’à la fin des années 80, tu as plongé dans l’univers street, notamment dans le graff puis la musique. C’était quoi le déclic ?
J’ai de la famille à New York. Donc quand j’étais petit, je voyais le HipHop se développer dans le parc du quartier avant que les films et albums du genre arrivent sur le marché. Je me souviens qu’au début des années 80, on trouvait du Bboy à tous les coins de rue, des mecs s’agitaient, faisaient du break, des battles et du graffiti. Mais le graff n’était pas encore vraiment mon truc, je préférais rapper et breaker. Quand je voyais du graff, ça ne me plaisait pas jusqu’à ce que je voie une œuvre d’un mec en particulier appelé Izzi. Ça a été le déclic qui m’a emporté dans le mouvement et depuis je ne me suis jamais retourné : la motivation était là et c’était parti !

Ici, à la Voix du HipHop, on a pour définition du HipHop, la rébellion contre le statut quo. Qu’en penses-tu ? Et quelle serait ta définition du HipHop ?
Le style, la technique, ton identité individuelle, ton SWAG. Le HipHop c’est ce qui te fait briser tes chaînes et devenir libre ! Et bien sûr, les 5 éléments.

Comment s’est fait la rencontre avec le label Sleediz Records (France) et pourquoi avoir sorti  » O.G. Status  » chez eux ?
Suite à mes dernières sorties, Sleediz Records s’est intéressé à mon profil et on a commencé à échanger via internet.

Comment s’est opéré le choix des invités et qu’est-ce qu’ils sont censés apporter à ce disque ?
Je ne choisis pas les invités de manière stratégique, je les choisis plus parce que ce sont des artistes avec qui je traîne sur le moment.

SeegMuller10

Quand on écoute ce disque, on a vraiment l’impression de voyager dans le temps, c’est un certain retour aux sources, ce disque est comme un hymne aux années 90’s, le sample est à l’honneur autant le beat funky….Musicalement, est-ce que tu t’étais donné une ligne directrice pour cet album ou est-ce que les musiques sont nées en studio au fur et à mesure de l’enregistrement ?
Je n’ai jamais changé musicalement. J’aime le HipHop des années 90s. J’utilise toujours les EPs 16 plus et le sample. Je déteste le fait de rechercher toujours trop de changement. Il faut garder les choses funky !

Il y a t-il un ou plusieurs titres sur lequel ou lesquels, il t’a fallu prendre plus de temps aussi bien dans l’écriture, la composition que l’enregistrement et pourquoi?
Certaines chansons me prennent plus de temps parce que je ne suis pas un rappeur pressé. Je recherche avant tout à donner du sens à ce que j’écris.

Crois-tu au pouvoir des mots ?
Oui. Les mots peuvent aimer et blesser à la fois.

Sur ce disque, musicalement on sent une volonté d’avoir une identité sonore distincte, selon toi, quel avantage il y a t-il à être mc et beatmaker notamment sur ce projet?
Simplement faire ce qu’on veut en soi. Je n’ai jamais voulu avoir des sonorités similaires aux autres producteurs.

Comment définirais-tu ton style en 5 adjectifs?
Voilà les 5 adjectifs : F .U.N.K.Y, Explosif, unique, chanmé, tueur. Vous voyez vous-même, je pense…

Quelle est l’ambition de « O.G. Status  » ?
De rester sous terre, dans l’underground et faire comprendre aux vieux du Hip-Hop qu’ils sont encore capables de tout.

A quand remonte ta dernière claque en rap ? Qui ? Un titre ou Un Album ?
Je ne me souviens pas.

29530007

Selon toi, qu’est-ce qu’être HipHop aujourd’hui ? Et Qu’est-ce qui te rend optimiste pour l’avenir ?
Sonner comme ChubbyChecker, s’apparenter à ses sons en fondus et à ses notes aériennes, c’est à la mode. Triste vérité : les nouveaux de la scène ne m’inspirent pas. C’est pour ça que ma motivation va et vient perpétuellement.

Quels sont les dangers qui menacent le HipHop en tant que culture?
Encore une fois, c’est triste mais je pense que l’Électro et la musique Trap sont les ennemis du HipHop.

Qu’est-ce que l’on peut attendre de Dooley-O dans les semaines et mois qui arrivent ?
Je travaille en ce moment sur un projet HipHop avec Ray West, viendra ensuite un enregistrement Soulful House sur Sleediz Records. Pour finir, j’aimerais dire une chose aux vrais du HipHop : Trouvez votre public, votre genre est toujours d’actualité !