Aki La Machine: “Avoir la parole, pouvoir s’exprimer, ça n’a pas de prix”

Pur produit du 18ème arrondissement, « jamais dans la tendance mais toujours dans la bonne direction », plus d’une dizaine d’années d’activisme dans le rap et dans la culture HipHop, une belle discographie, des apparitions dans d’innombrables projets tels que Explicit 18, J’éclaire Ma Ville de Flynt, Sidi-Omar, Départements 75, Talents Fâchés 3, mai  s aussi dans des compilations comme Appelle moi MC, Photos de Famille, Rap Ghetto 2,… ou encore sur l’album de Mokless le Poids des mots, Aki réalise en 2008, son premier Street-CD « Un pied dans la street et l’autre en studio », en 2012 il sort un Maxi 5 titres en téléchargement gratuit intitulé « Quartier rouge », suivi ensuite de son premier album solo intitulé « Machinalement Marginal  » et de La mixtape « HipHop Addict”.

Comment ça va Aki, ça fait la 3ème fois que l’on se rencontre, la première fois c’était pour la promotion du projet  » Explicit 18″, sur radio campus, puis ensuite lors du concert pour les HipHop dayz notamment pour la promotion du street CV  » Un pied dans la street et l’autre en studio », et donc aujourd’hui. Le blaze La Machine c’est 2 albums, une mixtape : Comment tu te définirais en 5 adjectifs ?
Réaliste, Simple (pas simplet lol) Patient , Persistant , Atypique.

Peux-tu nous rappeler les grandes lignes de ton parcours ?
Aki est un rappeur qui a commencé à une époque où le message était au centre. Sans sauter les étapes, j’ai fait mixtape, compil, maxis, album (« Machinalement Marginal » ). J’aime cette discipline qu’on appelle le rap français, j’essaie de kiffer encore un peu vu que je ne me sens plus concerné par ce que font les jeunes aujourd’hui.

Qu’est-ce que tu aimes réellement dans ce mode d’expression, autrement dit qu’est-ce qui te motive encore à rapper aujourd’hui ?
Le fait d’avoir la parole, de pouvoir s’exprimer, de donner son ressenti sur les événements ou exposer son état d’esprit, ça n’a pas de prix, (enfin si pour certains).

Je t’ai découvert via la compilation  » Explicit 18 « , avec le titre « Ma Mentalité ». En quoi estimes- tu avoir progressé en tant qu’artiste depuis ton premier titre, premier projet  » ?
A toi de me dire! Le talent, les capacités à développer un titre n’a rien à voir avec les ventes. Je l’ai compris tard. Après je pense qu’en termes de flow, d’écriture je me suis un peu amélioré.

Si je me souviens, tu as vécu dans le nord du côté de Wattrelos, tu apparais aussi sur titre du street album de Foudealer, artiste de Roubaix. En quoi, pourrais-tu dire que Paris (ou plus précisément le 18ème arrondissement ) a été un atout dans le développement de ta carrière jusqu’à présent  ?
Le taf dans le nord ou à Paris à quelque chose près n’est pas si différent. le 18 donne une façon de penser et d’écrire mais ça ne change pas ta carrière. Enfin, ce n’est que mon avis.

Qu’est-ce qui a changé pour vous avec l’apparition du numérique et l’explosion d’internet et ses plates formes  : cela a-t-il modifié votre manière de bosser  ?
Non et oui. On travaille pour rien maintenant, c’est clair. Les gros restent gros, les petits restent petits, il n’y a que le public qui peut changer une carrière. On a fait du rap parce qu’on n’avait rien. C’est toujours le cas. La passion nous fait avancer, internet ou pas.
Quand tu n’as pas de réseau, tu n’as pas de réseau. Après, les vues ça fait rêver, faut que j’en achète, il me Faut le budget surtout lol.

Ton actualité, c’est notamment un titre dans la compilation « Appelle Moi Mc Vol.2 ». C’est aussi le projet « HipHop Addict » mixé par Dj D.Syde (Huperkut Crew). Peux-tu nous en dire un peu plus?…Combien de temps  pour la réalisation, le choix des invités, l’objectif de ton projet, et en téléchargement gratuit pourquoi ? … le partage l’oblige t-il…?
« HipHop Addict », c’est une tape faite avec la qualité d’un vrai projet en vente. Comme je ne voulais pas me prendre la tête sur la distribution, je l’ai mis en téléchargement gratuit. Le truc est propre, il y a des clips pour le constater. Au final c’est 2 ans pour la réalisation du projet, le choix des invités c’est fait au feeling…L’objectif est de me faire entendre puis j’ai opté pour le téléchargement gratuit, parce qu’à mon avis, il faut parler de ouf pour prendre un billet autant taffer à ce prix la lol .

Dans quel état d’esprit as-tu entrepris ce projet ? D’ailleurs, est-ce que ce projet est une sorte d’avant-goût avant le nouvel album?
C’est un Arrière-goût d’un album qui m’a pris du temps. J’ai eu un succès d’estime, c’est bien mais bon, je ne voulais pas rester sur ma faim. En retirant la partie business, tu as « HipHop Addict ».

http://www.upstarzz.com/mixtapes/hip-hop-addict.html

«HipHop addict, on est sâlement HipHop». Ici à La Voix du HipHop, notre définition du HipHop, c’est la rébellion contre le statu quo, c’est la réappropriation des choses. Qu’en penses-tu  ? Et quelle serait ta définition du HipHop à toi  ?
Le HipHop est un cri de détresse en ce qui me concerne. Après ça n’a plu la même gueule. L’argent a fait son taf, on résiste encore un peu, d’où le coté addict. C’est fou de croire en la Liberté, tu peux en mourir. J’ai juste suivi mes envies, à fond. Le HipHop venait de la rue, maintenant il est à tout le monde sauf à la rue, à ceux qui ont le vécu entre guillemet. Ça n’engage que moi.

Qu’est-ce qui te rend fier aujourd’hui dans  le HipHop  ? Qu’est-ce que tu fais dire, je suis content d’y avoir contribué  ?
Juste le fait d’en faire. Sinon, j’ai honte d’en parler avec quelqu’un qui n’est pas dans ce milieu. Actuellement les thèmes sont trop enfantins. Ceux qui tournent généralement, en boucle en radio, n’ont pas de personnalité.

Où étais-tu la première fois que tu as entendu notamment « La Formule secrète” d’Assasin ou « Conçu pour Durer » de La Cliqua ?
Je marchais sous la pluie. Une boite dans Paris m’avait recalé, j’ai passé une bonne soirée quand même.

Ta dernière claque musicale, un album, un ep, un titre d’un groupe ou d’un artiste ?
La dernière mixtape d’Alonzo, «  Capo Dei Capi Vol.1  ».

Aki2